lundi 18 mars 2019

[Zweig, Stefan] Marie-Antoinette





Coup de coeur đź’“đź’“đź’“

 

Titre en Français : Marie-Antoinette

Titre original : Marie-Antoinette,
                      
Bildnis eines mittleren Charakters

Auteur : Stefan ZWEIG

Parution : originale en 1932, française en 1933

Editeur : Livre de Poche

Pages : 506








PrĂ©sentation de l'Ă©diteur :   

VilipendĂ©e par les uns, sanctifiĂ©e par les autres, l'« Autrichienne » Marie-Antoinette est la reine la plus mĂ©connue de l'histoire de France. Il fallut attendre Stefan Zweig, en 1933, pour que la passion cède Ă  la vĂ©ritĂ©.
S'appuyant sur les archives de l'Empire autrichien et sur la correspondance du comte Axel de Fersen, qu'il fut  le premier Ă  pouvoir consulter intĂ©gralement, Stefan Zweig retrace avec sensibilitĂ© et rigueur l'Ă©volution de la jeune princesse, trop tĂ´t appelĂ©e au trĂ´ne, que la faiblesse et l'impuissance temporaire de Louis XVI vont prĂ©cipiter dans un tourbillon de distractions et de fĂŞtes.
Dans ce contexte, la sombre affaire du collier, habilement exploitée par ses nombreux ennemis à la cour de France, va inexorablement éloigner Marie-Antoinette de son peuple.
Tracé avec humanité et pénétration, ce portrait est assurément un des chefs-d'œuvre de la biographie classique, où excella l'auteur de Trois poètes de leur vie et de Vingt-quatre heures de la vie d'une femme.

 

Avis :

J'ai passĂ© une semaine en compagnie de Marie-Antoinette, au travers d'une lecture souvent Ă©tonnante, parfois drĂ´le, finalement Ă©mouvante. 
Stefan Zweig a Ă©crit sa biographie en Ă©cartant les sources et tĂ©moignages partisans, soit Ă  charge, soit enjolivĂ©s, parfois inventĂ©s, pour ne retenir que les informations avĂ©rĂ©es. Il a ensuite recrĂ©Ă© un portrait psychologique d'une grande crĂ©dibilitĂ© et particulièrement vivant. 
J'ai littĂ©ralement dĂ©vorĂ© ce livre qui se lit de façon aussi fluide et agrĂ©able qu'un excellent roman, dĂ©couvrant de multiples aspects totalement mĂ©connus, tant j'avais en tĂŞte auparavant une image d'Epinal pleine de clichĂ©s. Je ne m'attendais absolument pas Ă  rire, et pourtant, les dĂ©calages entre la perception des personnages et la rĂ©alitĂ©, tout comme les enchaĂ®nements d'Ă©vènements et les concours de circonstances, sont tellement stupĂ©fiants, et en mĂŞme temps si bien expliquĂ©s par Zweig, que l'on ne peut que rire d'Ă©tonnement. Avant la fin tragique bien sĂ»r, qui n'empĂŞche pas un certain suspense quand on se surprend Ă  espĂ©rer ou dĂ©sespĂ©rer de la mĂŞme manière que Marie-Antoinette. 
C'est ma lecture préférée de Stefan Zweig, un très grand coup de coeur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire