vendredi 14 juin 2019

[Bouysse, Franck] Glaise






Coup de coeur đź’“

Titre : Glaise

Auteur : Franck BOUYSSE

Année de parution : 2017

Editeur : Manufacture de livres

Pages : 432







 

 

PrĂ©sentation de l'Ă©diteur :   

Au pied du Puy-Violent dans le Cantal, dans la chaleur d’aoĂ»t 1914, les hommes se rĂ©signent Ă  partir pour la guerre. Les dernières consignes sont donnĂ©es aux femmes et aux enfants : mĂŞme si on pense revenir avant l’automne, les travaux des champs ne patienteront pas.
Chez les Lary, le père est mobilisĂ©, ne reste que Joseph tout juste quinze ans, en tĂŞte Ă  tĂŞte avec sa mère et qui ne peut compter que sur LĂ©onard, le vieux voisin. Dans une ferme voisine, c’est Eugène, le fils qui est parti laissant son père, Valette, Ă  ses rancoeurs et Ă  sa rage : une main atrophiĂ©e lors d’un accident l’empĂŞche d’accomplir son devoir et d’accompagner les autres hommes. MĂŞme son frère, celui de la ville, a pris la route de la guerre. Il a envoyĂ© HĂ©lène et sa fille Anna se rĂ©fugier dans la ferme des Valette. L’arrivĂ©e des deux femmes va bouleverser l’ordre immuable de la vie dans ces montagnes.



Le mot de l'Ă©diteur sur l'auteur :

Franck Bouysse, nĂ© en 1965 Ă  Brive-la-Gaillarde, a Ă©tĂ© enseignant en biologie et se lance dans l’Ă©criture en 2004. Grossir le ciel en 2014, puis Plateau en 2016 et Glaise en 2017 rencontrent un large succès, remportent de nombreux prix littĂ©raires et imposent Franck Bouysse sur la scène littĂ©raire française. Il partage aujourd’hui sa vie entre Limoges et un hameau en Corrèze.



Avis :

En ce début de 20e siècle, la vie dans les montagnes du Cantal est rude. Elle le devient bien plus encore lorsque la mobilisation de la Grande Guerre vide les fermes des hommes valides. Au village de Chantegril, ceux qui restent s'organisent tant bien que mal : chez les Lary, Joseph, quinze ans, trime aux côtés de sa mère et de sa grand-mère, avec l'aide d'un vieux voisin. Chez les Valette, le père rage de n'avoir pu partir au front en raison de sa main mutilée : redouté de tous pour sa rancoeur et sa méchanceté, il s'adonne violemment à la boisson et à la persécution de son entourage, soudain élargi par sa belle-soeur et sa nièce débarquées de la ville pour trouver refuge à la ferme.

Le décor est planté pour la mise en place d'un drame dont la tension ne va faire que s'amplifier au fil des pages. Bien peu de choses se passent en réalité : les jours se succèdent selon l'immuable rythme des travaux agricoles, dans une atmosphère pesante et orageuse. Hommes et femmes s'épuisent dans un labeur incessant et une succession d'épreuves qui usent les caractères ou les transforment en bêtes enragées. Les douleurs font d'autant plus de ravages qu'elles s'enfouissent dans le silence de ces êtres rudes et taiseux, impitoyablement endurcis par la vie. Les drames, lorsqu'ils explosent, en sont d'autant plus meurtriers.

Ambiances et caractères sont criants de vérité : chaque geste, chaque mot sont restitués avec une précision cinématographique et une justesse d'observation qui leur confèrent un réalisme absolu. Impossible de ne pas se sentir transporté sur cette terre, dont la beauté n'a d'égale que son âpreté, et qui ne pouvait engendrer que des êtres forts, courageux et obstinés, aussi durs et cassants que des cailloux sous le gel.

Servie par une langue ciselée d'une remarquable beauté, cette fresque rurale noire immerge le lecteur dans un récit tellurique oppressant, qui écrase peu à peu ses personnages sous le poids d'une vie misérable où s'usent peu à peu tous les espoirs : rien d'autre que des drames engendrés par l'ordinaire et vécus dans le silence, restitués ici avec un réalisme et une justesse qui forcent l'admiration. Coup de coeur (5/5)




Citations :

Les roulements de tonnerre devinrent de plus en plus distincts, faisant comme des mots se carambolant dans une mĂŞme phrase dĂ©nuĂ©e de ponctuation, rĂ©pĂ©tĂ©e Ă  l’infini.

Le ciel Ă©tait une toile tendue, boulochant en altitude sous quelques nuages filandreux.

La vieille les jaugea du regard Ă  tour de rĂ´le durant un long moment. Puis elle prononça des mots difficiles Ă  comprendre, comme raclĂ©s au fond d’une auge Ă  cochons, s’y prenant Ă  deux fois pour les faire basculer Ă  grand peine par-dessus un rebord constituĂ© de lèvres blĂŞmes et dĂ©chirĂ©es.

Le balancier d’une pendule rĂ©pandait du temps en un lieu qui ne savait apparemment qu’en faire.

La lune ressemblait Ă  une assiette de porcelaine blanche trĂ´nant sur une nappe noire pleine de trous.




Du mĂŞme auteur sur ce blog :

 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire